1935 Views |  Like

A la pharmacie de l’Ovalie, on « SEINS forme » et on agit! (Montpellier)

Les ballons de l’Ovalie !

Fanny des INSTANT BOX, m’annonce euphorique :
« J’ai quelqu’un à te présenter !!!! Elle est exceptionnelle cette femme. Elle a un corner dans sa pharmacie spécialisé dans l’accompagnement du cancer du sein. »

Sur le coup je ne comprends pas grand-chose mais vu son excitation, cette femme à l’air géniale et passionnée. Je ne sais pas trop comment gérer cette nouvelle rencontre mais je suis prête à toucher à un sujet un peu plus sérieux que ce que je traite d’habitude.

 

ovalie_cancer

 

Je débarque juste en face du stade : à la Pharmacie de l’Ovalie.
Je retrouve à l’intérieur Fanny qui est déjà en train de dévaliser l’officine avec de supers idées pour les prochaines box… je crois qu’elle est addict aux produits de parapharmacie… mais c’est pour notre bonheur dans les prochaines INSTANT BOX…. chuuuttt !

Présentation avec Alice.
Avant d’arriver, je m’attendais à une pharmacienne d’un « certain âge« , carré blond et collier de perles.
OhhH SURPRISE quand je rencontre Alice : cheveux courts, jeune, fun, rock’n’roll et débordée dans son officine. Son associé et son équipe la remplace afin qu’elle puisse se consacrer à nous. On passe dans les loges.

 

ovalie-cancer-sein

 

Petit boudoir très féminin, peinture violette, odeur parfumée, petites bougies… on est réellement entre copines.

Vanessa Paradis est sur tous les murs! Telle une ado Alice a placardé les murs de son bureau d’affiches de films et de concerts…
« Je suis un peu fan de Vanessa Paradis ». Nous prenons l’air surprise : « Non, c’est vrai?? » .
Elle baisse les yeux, rougit et rentre les épaules. A ce moment, elle a 15 ans.

Un jeune homme nous apporte des cafés dans notre cocon : « C’est la première fois que je fais ça j’ai un peu honte, le pauvre… » Je ris ! Son jeune stagiaire n’a pas l’air bien malheureux ici. Au contraire, il est tout sourire de nous voir entre toutes les boîtes de tétés.

Alice n’a jamais rencontré de problème dans son soutien-gorge, et pour sa famille non plus… Mais c’est une envie qu’elle a, il existe des gens « bons », qui ont des raisons de vivre autre que leur petite personne. Je suis surprise d’un tel altruisme.

« J’ai fait un diplôme universitaire d’Oncologie, 2 jours par mois à la Fac. Chacun devait résoudre des cas cliniques, quand se fut mon tour, je n’ai pas eu envie de faire comme tout le monde, de sortir un cas glauque. J’ai présenté un cas sans chimiothérapie hyper complexe, pas un cas hyper rare et hyper grave, juste une dame qui avait eu une ablation du sein et aucun autre traitement. J’avais envie de mettre en avant « les après », trouver ce qui aller vraiment aider les femmes.

Oui tu es malade, oui il va falloir agir ! 
T’as un cancer mais t’es pas morte, c’est pas rigolo certes, ça pue même, mais on en guérie aussi, surtout celui-là.

On se sort les doigts des fesses et on agit ! Il y a beaucoup d’inconvénients à cette foutue maladie : perte de cheveux, ongles de « merde », peau sèche, souvent ablation de sein(s)… Dur de garder une féminité avec tout ça! Alors moi je veux être là pour elles à ce moment-là.

L’idée c’est de donner les armes aux femmes pour qu’elles soient actives et qu’elles ne se prennent pas tout dans la figure. Reprendre le pouvoir à une période où l’on a l’impression que tout nous échappe.

Pour moi ce n’est pas un business, c’est un partage. »

Alice propose aux femmes de prendre le dessus sur leur maladie. Ce n’est pas toujours facile, pas toujours drôle mais il faut être forte, s’entourer de personnes positives et avancer. Son but est d’aider les femmes pour qu’elles soient actives dans leur traitement et  non des victimes.

« Il faut dédramatiser le mot cancer. La première chose à faire et d’en parler! »

« Lors de ma formation, ce que je voulais c’était apprendre comment aider mes patientes dans leur quotidien. Lors des rendez-vous avec son chirurgien on ne va pas forcément oser parler d’une peau sèche, des ongles qui pètent… mais c’est tellement important pour le moral pour être forte, ces petits détails qui changent tout, qui font passer la pilule. C’est pour ça qu’il est important que l’information passe, et passe partout, à tous les âges. Ce n’est pas qu’aux femmes malades qu’il faut s’adresser, mais à toutes les femmes car nous aurons toutes malheureusement une amie, une sœur, une mère, une voisine qui chopera ce putain de cancer. On pourra alors toutes la rassurer, en lui disant qu’on va se battre, qu’on ne le laissera pas nous emmerder plus que ce qu’il doit, qu’on va se préparer, et que dès la sortie de l’hôpital il existe des solutions. »

 ***

ovalie_cancer

Tout… tout… tout… vous saurez tout sur les tétés !
Les soins, les prothèses, les sous-vêtements, les maillots de bain…

« A la sortie de l’hôpital, on laisse les femmes rentrer chez elles avec des prothèses en mousse qui dépassent de partout. Elles sont lâchées dans la nature sans plus d’explication que des termes scientifiques et techniques. »

 » Ici, les femmes viennent ou prennent rendez-vous et je les accompagne dans leurs choix de soins, prothèses, sous- vêtements… Certaines arrivent tristes et touchées, d’autres savent exactement ce qu’elles veulent: des dentelles, un bonnet plus gros pour avoir enfin les seins de leur rêve.
Il faut dialoguer, communiquer, démocratiser les moyens mis en œuvre pour que les femmes atteintes sachent qu’en plus de leur traitement, elles ont les atouts pour préserver leur féminité. »

« Dis camion ! »

Les prothèses

Oui ici on touche beaucoup de poitrines !
Il existe 3 tailles de bonnet.
On trouve 2 sortes de prothèses : des tétés qui se collent directement à la peau (que l’on met 3 mois après l’opération pour éviter de tirer sur les cicatrices) ou des tétés qui se glissent dans les soutiens-gorge (que l’on peut utiliser dès sa sortie de clinique) … et même des tétés « amphibies » pour les baignades.

Et « le champion » d’Alice est le (spécial) sein 140 bonnet F !

« Tiens! »
Alice me jette un bon 90C. Mais c’est super agréable comme sensation, c’est doux, moelleux… je malaxe des seins et je reste surprise par l’aspect qu’ils prennent… on dirait des vrais! Ils suivent les mouvements du corps et ne restent pas fixent comme certains implants mammaires. « C’est fabuleux ! » Je me retrouve avec un sein collé sur le bras.

Il y a même des « petits morceaux de sein », des compléments officiellement, qui permettent de se rajouter pour combler la poitrine quand on n’a pas eu une ablation complète du sein.

Selon les modèles, ils sont entièrement remboursés. Sinon souvent les mutuelles prennent en charge le dépassement (mais pas toutes malheureusement). On a droit à une prothèse par an.

 prothese-montpellier-cancer-sein

pharmacie-cancer-sein

La lingerie

Il y a aussi de la lingerie magnifique, plein de dentelles et hyper sexy !
Il n’y a pas que les soutifs blancs hypers couvrants que l’on connaît… vous savez le même style que ceux pour la grossesse et l’allaitement.

« Je vois beaucoup trop de femmes arriver avec leur soutien-gorge qu’elle traîne depuis 2 ans. Tout détendu et ronger par les lavages. Je veux leur proposer de retrouver leur confort tout en se sentant femme. »

Les prix vont de 20€ à 80€, les mêmes prix que la lingerie que j’achète en boutique… voir moins cher !

 Les maillots de bain

WaooUUuuU !!! Il y a des bikinis, des trikinis, des froufrous, du classique… il y en a pour les 20 à 90 ans. Entre 40€ et 90€.
Je crois que même dans les magasins de maillots il n’y a pas autant de choix. Il faut dire qu’Alice a mis le paquet sur ses stocks ! « J’ai voulu qu’il y en ait pour tous les styles et tous les âges »

ovalie-cancer-sein-pharmacie

pharmacie-maillot-cancer-sein

***

Certaines clientes le prennent avec beaucoup d’humour. Dans son boudoir ou derrière son comptoir, Alice est aux anges et reste parfois sans voix.

« Les femmes sont drôles, réalistes mais drôles. Elles m’épatent, elles sont sublimes. »

> « Avant il m’est arrivé de mettre des mouchoirs dans mon soutif ! C’est galère à caler. »
>  » Voyons le côté positif au moins je peux choisir la taille et en changer tous les ans. »
>  » Bonjour, bon ok j’ai un cancer. Il me faut tout pour ne pas qu’il m’emmerde plus que ce qu’il faut. Je sors jeudi de l’hôpital alors donnez-moi tout ce qu’il faut pour mes ongles, mes cheveux, pour hydrater ma peau de serpent, si j’ai un aphte… »
> « J’ai perdu Lola ! Il faut que vous me la remplaciez !!!! » Lola est ma prothèse gauche. C’est en mettant des chaînes en montagne, je l’ai retrouvé le lendemain, elle s’est fait rouler dessus. « 

… et une jolie phrase d’un monsieur venu chercher le traitement pour sa femme :

> « Oui ma femme a un cancer. J’aime ma femme et je préfère la voir sans sein mais en vie! »

 

 ***

Bientôt un livre !

Alice est en train de finaliser son livre sur la lutte contre le cancer.

Elle devient à son tour cette femme courageuse et pleine d’humour, atteinte par le cancer. Elle se met à la place de ces femmes qu’elle reçoit tous les jours. Elle met en scènes leurs anecdotes, leurs peurs, le regard des autres, la perte de certains amis, les questions de leurs entourages : maris, enfants, proches…

 » Je veux renseigner les femmes et leurs proches de manière humoristique. Les livres sur le cancer il y en a beaucoup, de très bien fait mais encore avec des termes techniques, des mots scientifiques… des choses qui font peur. Il y a aussi des romans qui traitent du cancer mais tristes comme la pluie.

Je veux simplement les prévenir, leur raconter la première visite chez le médecin, la première biopsie, l’annonce de la maladie, le traitement, le choix de sa perruque… Avec ce que je vis par procuration tous les jours, je veux pouvoir permettre aux femmes d’anticiper ce qui va leur arriver. Quand on sait, on a moins peur. « 

A mettre entre toutes les mains en 2015 !

 ***

Une collaboration avec la Montpellier Reine

Depuis mars 2014, Alice a rencontré Barbara PASTRE, fondatrice de la célèbre Montpellier Reine… et ces 2 femmes de caractère sont bien décidées à « continuer » de faire bouger tous les lolos, aider à  la prévention du cancer du sein et à accompagner les femmes dans leur maladie. Une collaboration qui va dépoter !

Rendez-vous le 31 mai 2015 ! Save the date!

La Montpellier Reine >> voir le site

 ***

Octobre ROSE

Octobre Rose OK, c’est joli le petit ruban rose sur votre veste mais le mieux serait d’aller rendre visite chez votre gynéco! ça fait combien de temps que vous n’y êtes pas allé ? Et oui, car c’est elle qui peut le déceler.

Elle ne vous trifouille pas la patchole, elle ne vous palpe pas les miches tous les ans uniquement pour vous faire plaisir et cela pour seulement 50€. Ce n’est pas une masseuse professionnelle… C’est elle qui se rend compte des ganglions suspects.

Va chez ta/ton gynéco !

 

En octobre 2014, pour la 21ème année consécutive en France, la campagne de lutte contre le cancer du sein,  organisée par l’association « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! » vous propose de lutter contre le cancer du sein en vous informant et en dialoguant.

Convaincre les femmes du rôle primordial du dépistage précoce et faire progresser la recherche, telle est la vocation de cette campagne et de l’Association.

1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein.
Chaque année, le dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie.

Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.
Grâce au dépistage précoce, la moitié des cancers du sein sont décelés alors qu’ils mesurent moins de 2 cm !

Ce niveau de détection permet d’atteindre de très hauts taux de guérison tout en réduisant considérablement l’agressivité des traitements appliqués. Il est donc important de vous informer sur le cancer du sein car cela peut vous sauver la vie.

L’importance du dépistage précoce

A tout âge. Vous devez être régulièrement suivie par un médecin traitant ou par un gynécologue qui n’hésitera pas à vous prescrire les examens nécessaires en cas de doute. Ce suivi médical doit avoir lieu tous les 6 mois ou tous les ans à partir de 30 ans. Il est important que chacune devienne actrice de sa santé en pratiquant tous les mois une auto-palpation des seins.

A partir de 50 ansVotre médecin traitant ou votre gynécologue vous fera pratiquer une mammographie tous les 2 ans au minimum, tous les ans s’il estime cela nécessaire.
En France, le « dépistage organisé » est accessible aux femmes à partir de 50 ans et jusqu’à 74 ans.

Ensemble,
portons le Ruban rose et gagnons ce combat !
Ensemble,
nous vaincrons !

1652468-542d2bbd357030e61043ee30

  CONTACT

La Pharmacie de l’Ovalie

2750 Boulevard Paul Valéry – 34070 Montpellier

Visitez son facebook >> ici <<

cancer-sein-ovalie