8188 Views |  Like

GRANDS JEUX ROMAINS 2017 // j’ai vécu l’expérience inédite

HhhAOOoOouuUu HhAaaOoooouuuuuu !!
Je suis encore totalement perchée dans ce monde antique. Je mange mon poulet avec les doigts, prête à sortir de ma voiture et péter la gueule à coup de hache au premier qui me fera une queue de poisson… « Là faut vraiment que tu te calmes et que tu redescendes Caroline »… « je te dis qu’on va la perdre », prennent peur mes 2 complices sur le chemin du retour.

3 jours, 500 reconstituteurs (acteurs), 32 000 spectateurs, des animaux, des tonnes et des tonnes de costumes et d’armes, des décors de oouuuff… le tout bien remonté à coup de HhAoouUuu hhHhAoOoouUuuuuuu ! J’ai pris l’histoire antique en plein dans la face!

Pour sa 8ème édition, les 29, 30 avril et 1er mai 2017, j’ai été mandatée par Les Arènes de Nîmes (Culturespaces) pour couvrir l’événement Les Grands Jeux Romains… alors autant te dire que j’ai TOUT vu de l’intérieur : le off, l’organisation, les jupes des gladiateurs… oui, tout tout tout…

Regarde la vidéo, KIFFANCE EXTRÊME !
J’en ai des frissons à chaque fois que je la regarde… et toi?

Kesako Les Grands Jeux Romains ?

Rappelle toi, j’avais déjà participé à la 5e édition de ces jeux : Les Grands Jeux Romains vus par ma Pitchoune !

Les Grands Jeux Romains, c’est une reconstitution historique unique en Europe. On nous propose de nous balancer dans des Jeux tels qui pouvaient avoir lieu à Nîmes en 122 après J-C.
Pendant 3 jours, Nîmes vie à l’heure romaine… et redevient Nemausus.

Depuis 2010, la société Culturespace organise Les Grands Jeux Romains à Nîmes pour mettre en valeur le patrimoine historique antique et démocratiser l’accès à la culture. Nîmes possède les monuments romains les mieux conservés au monde : les Arènes, la Maison Carrée, la Tour Magne, le Temple de Diane, la Porte d’Auguste… C’est le décor parfait pour accueillir un tel événement!

L’écriture des Grands Jeux Romains s’appuient sur l’Histoire, sur les sources romaines, c’est réellement l’histoire tels que les romains pouvaient la raconter. Le scénario se base sur des faits historiques précis : en 122 de notre ère, l’Empereur Hadrien revient de Bretagne, il passe par Nîmes et offre à cette occasion de somptueux jeux aux habitants.

Pour cette 8è édition, on nous conte plus vrai que nature l’histoire d’une femme, BOUDICA, la reine des celtes, qui a osé affronter l’empereur romain en Grande-Bretagne. La promesse est grande et alléchante : « Allons chasser les romains! »

500 reconstituteurs passionnés

Tous les participants sont des passionnés d’histoire et d’antiquité… des puits sans fond de connaissance. C’est très complexant mais tellement enrichissant. Ludique et exquis de détails croustillants comme on les aime sur la Rome Antique.

Ces personnages font partis d’associations culturelles venues d’Europe et d’ailleurs : Nîmes, Aix, Arles, Nice, Italie, Los Angeles, Argentine… tous à consacrer leur week-end à la reconstitution historique, à la réalisation de décor ou création de costumes avec les techniques et matériaux antiques. Avec un tel rapprochement avec le réel, les comédiens sont totalement envahis par leur personnage et ils embarquent très rapidement le public dans leur univers.

Tous en piste !

Chaque jour, les arènes accueillent 10 000 personnes. Les rituels de préparation sont les mêmes : maquillage, équipement, répétition le matin et défilé dans les rues pour le plus grand bonheur des spectateurs. Petits et grands se prennent au jeu des photos et posent à côté de leurs idoles d’un temps passé… mais toujours avec cette petite crainte « il va me planter son épée ou pas? ». Les enfants sont soufflés de rencontrer ces personnages qui apparaissent normalement dans leurs beaux livres d’histoire ou leurs dessins animés préférés mais jamais dans leurs rues. Une belle manière d’apprendre l’Histoire.

En coulisse, immersion et frottements d’épées

14h00, on se chauffe, on se tape sur les boucliers, on réajuste ses peaux de bête… on entre totalement dans son personnage! IMMERSION! Les canons résonnent, le spectacle peut débuter.

L’entrée d’Hadrien et ouverture des jeux

Le premier tour de piste est lancé avec l’entrée de l’Empereur Hadrien. Puis de toutes les légions : romains, celtes, gaulois se rangent sur la piste face à un autel. Les prêtres du culte impérial officient une cérémonie en l’honneur de l’Empereur et invitent le peuple de Nemausus à lever les mains vers le ciel et à prier tous ensemble. Les spectateurs se prennent rapidement aux jeux.  Bénédiction des légions, de leurs armes avec l’eau sacrée de la source Nemausus.

JOVIS OPTIMUS, JOVIS MAXIMUS.
Protège l’Empereur et sa famille. Enlève-nous des jours!
Et donne-les à l’Empereur ! Pour que sa vie soit plus longue!
Que notre cité soit éternelle et que ces jeux soient magnifiques! Envoie-nous un signe!

Et à ce moment retenti un lourd grondement tel un tonnerre venu du ciel… … QUE LES JEUX COMMENCENT !!

Lâcher de pictes !

Pour débuter, Hadrien qui revient de l’île de Bretagne avec des prisonniers Celtes, les offrent en pâture au peuple nîmois. S’ils arrivent à traverser en courant la piste jusqu’à l’Empereur, ils « pourront » avoir la vie sauve… sinon… Évidement, ça semble simple comme ça, mais il ne faut pas oublier les cavaliers qui galopent derrière eux armés jusqu’aux dents.

Eric le conteur (praeco), prof d’histoire de son métier, joue avec le public et nous donne droit de vie ou de mort sur le seul prisonnier qui a réussi à traverser les arènes. Dans les tribunes ça hurle : IUGULA!! IUGULA!! (prononcez « iougoula ») qui signifie « A mort! »
Des siècles de civilité effacés en seulement quelques minutes de spectacle. On est très loin du cours d’histoire si #boring !

Course de chars : à vos paris!

Les jeux s’enchainent avec les courses de chars où l’on nous permet de soutenir, comme à l’époque, le char représentant notre quartier, grâce à la mappa de couleur (morceau de tissu) qu’on nous a distribué à notre arrivée.
> Chars rouges = représentent le quartier de La Maison Carrée
> Chars Bleus = représentent le quartier de La Tour Magne
> Chars Blancs = représentent le quartier de La Fontaine

Les spectateurs sont à leur tour immergés dans ce monde violent, ils hurlent, huent, secouent leurs serviettes et encouragent leurs champions. Pour finalement se lever et applaudir. Le rythme cardiaque s’est accéléré pour tout le monde et tout Nîmes a frissonné.

Munus des gladiateurs

Viennent alors le célèbre combat de gladiateurs : le munus. La pression monte de plus en plus, les combats deviennent plus prenant et il y a de vrais coups portés. Tout comme la course de chars, les spectateurs encouragent leur équipe pour les mener à la victoire et donc à la vie… mais résonne à nouveau « IUGULA!! IUGULA!! » Les spectateurs sont sanguinaires et peu cléments avec ces courageux guerriers romains et celtes.

Boudica, la reine celte entre en piste

César en Bretagne. Tout commence au temps de Jules César. En pleine conquête des Gaules, il décide de traverser la mer océane pour envahir les îles de Britannia. Inquiets les peuples celtes observent l’avancée des galères de Rome vers leur territoire…

Les jeux funèbres. 1 siècle après la mort de Jules César, la Bretagne est une province pacifiée et certaines tribus comme les Icéniens sont ralliés à Rome. Leur reine Boudica, vient d’accéder au trône après la mort de son mari Prastuagos. Par testament, la moitié de son royaume est légué à Rome, et l’autre moitié à son épouse. Mais la venue du cupide procurateur Decianus Catus aux jeux funèbres organisés par Boudica censés sceller l’alliance avec Rome va changer le cours des choses…

Les jeux montrent les qualités acrobatiques et d’agilité des 2 peuples: Romains versus Celtes. Mais les Romains avec Decianus Catus finissent par tricher et s’approprier tous les pouvoirs. Les Romains violentent  publiquement Boudica et ses filles pour soumettre les Icéniens à Rome. Les nobles locaux sont dépouillés de leurs richesses et de leurs terres et réduits en esclavage. Ce qui déclencha la colère des peuples celtes.

Pour venger les humiliations et les atrocités infligées à sa famille et son peuple par les Romains, elle prit la tête de la révolte. Elle chercha des alliés auprès d’autres tribus celtes et constitua une armée de plus de 120.000 hommes pour défier Rome. La rage envahie les tribunes des Arènes de Nîmes pour soutenir Boudica! On scande son nom : Boudica, Boudica, Boudica !

La mise à sac de Londres. En pleine construction de la colonie de Londinium (Londres), les Romains apprennent le soulèvement des troupes celtes, emmenées par Boudica et la destruction de Camulodunum. Cette révolte atteint rapidement Londres…

La bataille finale. Le lâche Catus a fui en Gaule après la révolte des Celtes. L’armée de Boudica avance. Le gouverneur Paulinus accompagné de ses légions est la dernière chance de Rome de vaincre Boudica et ainsi conserver Britannia. La tension est à son comble lorsque les 2 armées se retrouvent pour se livrer à une bataille qui scellera le sort de la révolte de Boudica.

Malgré la supériorité numérique, Boudica est vaincue par la discipline des légions romaines qui anéantissent son armée. Le sort de Boudica après la bataille est incertain. Tacite affirme qu’elle s’est empoissonée après sa défaite. Dion Cassius suggère qu’elle est morte de maladie.

Marchés et animations sont aussi de la partie

Les Grands Jeux Romains ce n’est pas uniquement les spectacles dans les Arènes. C’est toute une ville immergée dans cette vie du 1er siècle après JC. Les commerçants de la Ville se parent de leurs plus beaux atours et proposent dans leurs échoppes et tavernes leurs meilleurs mets pour les badauds du jour. Les lieux historiques recèlent d’activités afin que petits et grands se rendent compte des passe-temps antiques : bâtisseurs, cuisine, apprentissage du tissage et même des initiations à la magie et la médecine. Un marché de producteurs antiques te permet de ramener un souvenir réaliser avec les matériaux et à la manière de l’époque : casque, dague, bijoux… mais aussi de la charcuterie, du fromage, des produits de beauté au lait d’ânesse…

Les Grands Jeux Romains 2018 : SPARTACUS

SAVE THE DATE ! Tu peux déjà bloquer tes dates pour l’année prochaine : 28 et 29 avril 2018… ça va envoyer encore du paté : Spartacus à l’affiche. Va y avoir du gladiateur et de la jupette !


LES GRANDS JEUX ROMAINS
(Les Arènes de Nîmes)
site  l  facebook  l  instagram   l   twitter
#grandsjeuxromains

 toutes les photos des GRANDS JEUX ROMAINS 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer