3305 Views |  Like

#DEFIVEGGIE // Une carnivore dans la peau d’une veggie

Alors tu me connais, pour moi le saucisson c’est la vie… je suis bel et bien une CARNIVORE ! #NoPainNoSaucisson

Je comprends l’intérêt de consommer moins de viande, les bienfaits pour notre planète mais aussi pour notre corps. Et puis à la base, je ne suis pas non plus un monstre… je suis hyper sensible lorsque je vois les abattoirs et le mauvais traitement faits aux animaux, le gavage des canards… Je ne pleure pas pour les humains mais je peux chialer pendant 1 heure devant une vidéo où l’on maltraite les animaux.

Mais j’aime la viande c’est ainsi. J’aime aussi les animaux avec un peu de sel et du poivre ; je ne suis pas une sans-cœur pour autant. Les hommes ont toujours mangé de la viande. Moi je l’aime crue ou bleue, en pâté ou en civet. Le bœuf, l’agneau, le poulet, le sanglier, le faisan, le veau, le poisson… J’ai besoin de croquer, de mâcher, de déchiqueter. J’ai des dents et j’ai besoin qu’elles me servent.

DAY 1 : Identifier les produits acceptés

Premier matin, je fais ma belle, petite story sur Instagram… PAM! Bien posée, même si j’ai eu un doute sur le lait de mon fromage blanc. Je me renseigne et non tout va bien je peux consommer du lait et des œufs en temps que « végétarienne ».

Pour le midi, je mange au resto avec une amie. Je me sens empli d’une nouvelle mission avec cette nouvelle étiquette de « non-mangeuse d’animaux ». Je fais ma fille engagée : « Bon je te préviens, je suis végétarienne pour une semaine! » Le vrai cliché de la reloue. Mais je me suis régalée de le faire comme le font les nouveaux #healthylife que je trouve… hyper chiants!

Je me prends au jeu et je vérifie donc tout ce que je mange. Ce n’est finalement pas un mauvais exercice car je fais attention à tout ce que je mets dans ma bouche et je me rends compte que je ne fais en règle générale pas attention à mon alimentation.

Pour mon premier lunch, je choisi donc un Tataki de Thon à la Brasserie Quotidienne, le restaurant de l’hôtel Ibis Centre. Je poste ma photo et je reçois :  » Mais c’est du poisson ?! » Et là, un doute m’envahit. Je vérifie sur gogole. Ma face tombe car un végétarien ne mange ni poisson, ni viande… HAAaAaaNnnnn loupé ! BIM ! Avec cette faute je gagne 1 jour de plus dans le monde des végétariens.

Je vais te transmettre donc ce que j’ai appris afin de bien comprendre ce qu’est un végétarien par rapport à ses autres compagnons non-carnivores.

 ———  Petit lexique  ———

Végétarien : « Tu ne mangeras rien qui a des yeux ou un cœur ! »

Le végétarisme est une pratique alimentaire que l’on peut remonter à la Grèce Antique. De nombreux philosophes grecs étaient végétariens, dont Pythagore, que l’on considère comme le père du végétarisme. Dans un premier temps, on nommait « pythagoriciens » les personnes qui excluaient la viande de leur régime alimentaire. Plus tard, le végétarisme a conquis de nombreux autres penseurs et scientifiques célèbres comme Albert Einstein, Léonard de Vinci et Mahatma Gandhi.

Il existe différentes catégories de végétarisme mais nous allons nous concentrer sur la définition globale de ce terme. Le végétarisme fait référence à un type d’alimentation qui exclut la viande (viande rouge et viande blanche), les poissons et les fruits de mer. On peut toutefois discerner quelques nuances :

  • Le lacto-ovo-végétarisme : le fait de consommer des produits issus d’animaux comme le lait, ou les œufs.
  • Le lacto-végétarisme : le fait de consommer des produits laitiers mais pas d’œufs.
  • Le semi-végétarisme : le fait d’exclure la viande mais de consommer du poisson, des fruits de mer voire de la volaille. Ce régime est très proche du régime méditerranéen.

Végétalien : produits issus du monde végétal

Le végétalisme est également appelé « végétarisme strict » . A la différence du végétarisme, le végétalisme est un régime alimentaire qui ne comporte que des aliments issus du monde végétal. Les végétaliens rejettent donc les viandes, les poissons, les fruits de mer mais aussi les produits laitiers, les œufs et d’autres produits d’origine animale comme le miel. Très souvent, un végétalien ne se limite pas aux produits qu’il consomme et opte pour le véganisme.

Vegan : un mode de vie

Le terme vegan (à prononcer « végane ») est d’origine anglo-saxonne. Ce mode d’alimentation a été créé en 1944 par Donald Watson, officiellement le premier adepte du véganisme. En 1948 sera fondée aux Etats-Unis la première Vegan Society. Il fallut attendre les années 70 pour que le véganisme se popularise en Amérique du Nord, grâce notamment à l’évènement World Vegetarian Congress.

Le veganisme ne se réduit pas à une alimentation spécifique : il est avant tout un mode de vie. Le véganisme est une façon de vivre et un mode de consommation qui cherchent à exclure l’exploitation, la souffrance et la cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, se vêtir, etc… Un vegan essaie de vivre sans faire souffrir les animaux. Par conséquent, il exclut tout produit qui porte atteinte aux animaux dans son alimentation, mais aussi dans les autres facettes de sa vie. Il ne porte pas de laine, pas de cuir ; il n’utilise pas de produits cosmétiques testés sur les animaux, etc… Le concept clé du véganisme est basé sur le refus de l’exploitation animale.

DAY 2 : Trouver des restaurants veggies… pour continuer de vivre

Mes premiers aprioris et mes premières « animosités » envers les veggies ont débuté un soir  lorsque j’étais dans un bar à tapas et que j’ai entendu :

« Vous avez quoi pour les végétariens ? »
Tu as juste envie de lui répondre : « La porte connasse! »

Qui n’a pas dit « OOhh punaise, on va manger avec Anne-So, elle va nous soûler pour trouver un restaurant qui fait du végétarien? »  Dans mon immersion, je me suis rendu compte que c’est très dur de trouver un lieu qui peut accueillir à la fois les végétariens et les carnivores. Tu comprendras que par contre pour les vegans, ce genre de cohabitation est tout simplement impossible. Un vegan ne pourra pas  manger dans un restaurant cuisinant de la viande car les cuisines et ses ustensiles seront « infectés » par le sang de petits animaux qui sont passés à la casserole. Il faudra chercher de vrais restaurants vegans.

Alors j’ai fait ma petite recherche sur Montpellier et j’ai trouvé quelques adresses très sympas :

> Mazette
JOY Healthyfood
> Max Le Gourmand

> Les Demoiselles de Montpellier
> Green Lab
> Dubble food
> …

✎ Note : J’attends tes adresses de restaurants végétariens et même vegans sur Montpellier, merci de les mettre en commentaire de cet article.  La bise!

Bon maintenant vu que le « phénomène » s’est bien développé tu trouveras dans chaque restaurant au moins un plat végétarien. Dis toi que si c’est un « vrai » restaurant qui cuisine, le chef pourra forcément te proposer un plat que la brigade te confectionnera « sur mesure » avec les accompagnements des autres plats. Sinon, c’est que le restaurant ne fait pas lui même la cuisine, mais du « réchauffé »… dans ce cas là, sauve-toi !

Restaurant Mazette

Restaurant Max Gourmand

Restaurant JoyHealthyFood

DAY 3 : S’équiper car il faut cuisiner sans viande… Cherche la protéine, cherche!

Avec ce même éclair de génie, j’ai choisi de reprendre le sport de manière plus soutenue. Autant te dire que sans protéine mon corps va me faire la gueule et me le rendre plutôt mal. Alors ma question est : où trouver de la protéine ailleurs que dans la viande et le poisson?

La marque Carrefour s’est rendue compte de mon incompétence totale dans la connaissance du végétarisme. LOOoOOooSeeeuse!

Du coup, j’ai reçu la panoplie complète Carrefour Veggie pour passer une semaine avec des « substituts » à la viande. Merci de me soutenir dans cette « lourde » épreuve, en effet  je ne vois pas manger uniquement des légumes ou des graines.

Oui, je sais ce que tu vas me dire : « Mais ce sont des plats cuisinés, tu peux quand même te préparer des légumes ? » Alors oui, je peux cuisiner des légumes mais je ne sais pas trop comment trouver les protéines. Cette dégustation va me permettre de découvrir comment cuisiner  les légumes secs et avec quoi les accompagner.

Test 1 : Mélange de céréales et lentilles, butternut et châtaignes

Pour cette saison automnale, belle surprise avec des produits de saison. Je suis surprise par la qualité du butternut et des châtaignes en sachant que se sont des plats préparés. C’est fondant mais pas pateux, tu sais cette impression de plat pré-mâché.

Le plat est bon et permet de varier son alimentation végétarienne.

J’adore cuisiner, ça me détend. Mais je n’ai pas le temps de préparer des châtaignes, du butternut… des plats avec autant de diversité. La cuisine c’est une passion, un plaisir, un partage mais cela demande aussi beaucoup de temps.

La châtaigne : constitue une source non négligeable de protéines. Riche en amidon, la châtaigne se présente comme un aliment bon fournis­seur d’énergie. Ses glucides ont une excellente digestibilité après cuisson, et ils présentent l’intérêt de libérer progressivement leur énergie. Grâce à sa consistance amylacée, et à l’abondance de ses fibres, la châtaigne satisfait efficacement l’appétit. Il n’est pas nécessaire d’en manger de grandes portions pour être rassasié ! 

Test 2 : Lentilles Corail, duo de riz aux légumes

Alors les lentilles corail, ma copine Pauline (Korneto) m’en avait parlé et je la vois souvent agrémenter sa cuisine vegan avec ces petites perles oranges. Jolie surprise chaude ou froide. A refaire.

Le riz aux légumes est franchement bon ! Je suis bluffé par la qualité et le goût de ses plats moi servante supportrice de la « vraie cuisine »

Du coup, je me suis amusée et j’ai moi aussi fait mes lentilles… et dans mon autocuiseur! 2 verres d’eau, 1 verre de lentille… et basta tout se fait seul.

Lentille corail : Elles sont plus digestes que les autres légumineuses. Elles contiennent aussi beaucoup de protéines végétales, de sels minéraux (dont du fer) et de vitamines du groupe B mais moins de fibres que les autres lentilles puisqu’elles n’ont plus de peau.

Test 3 : Falafels

Les pois chiche, c’est ma vie! Même si je pète, rien ne m’arrête. J’aime vraiment trop ça et sous toutes ses formes : houmous, couscous,… Alors lorsque le régime végétarien recommande les falafels, je dis oui OuiIiIIIi !!!

Le pois chiche :  Si vous êtes vegan ou sensibles à une alimentation végétarienne, sachez que cette légumineuse peut remplacer les aliments interdits de votre régime. Que ce soit pour faire un burger végétarien ou pour remplacer les œufs, le pois chiche peut parfaitement faire l’affaire. S’il ne remplace pas tous les goûts d’une alimentation classique, il vous procurera au moins les nutriments dont vous avez besoin dont par exemple les protéines. Il vous évitera donc des carences en certains nutriments. S’il est préconisé pour les végétariens et les vegans, le pois chiche est tout aussi populaire dans une alimentation moderne, saine et équilibrée. Il sera d’ailleurs de choix dans une alimentation sans gluten.

Les Falafels de la planche végétarienne de chez Trinque Fougasse

Test 4 : Les galettes, steaks…

  • Steaks de soja – tomate et basilic
  • Galettes Tofu à l’indienne
  • Galettes panées – Sarrasin, boulgour, poireau
  • Galettes – Epinard, pois, emmental

Une question importante :  Pourquoi appeler ça « steak », Steak de tofu, Steak de soja… si vous ne mangez pas de viande ? Le mot « steak » est forcément associé à la viande, pourquoi devoir coller à ce vocabulaire? On dirait que vous cherchez à berner les gens « C’est un steak… mais surprise y a pas de viande dedans! » … et en plus ça a la même forme et le même aspect!

« Les termes steak (de l’anglais steak, « tranche de viande à griller ») et bifteck (de l’anglais beef steak, « tranche de bœuf à griller ») désignent toute tranche de viande rouge, le plus souvent de viande bovine, destinée à la consommation humaine. »

Comme dit l’humoriste Maxime Gasteuil, « Pourquoi vous vous faites du mal, puisque vous ne mangez pas de viande? »

DAY 4 : Faire du sport sans protéine animale

Alors j’ai toujours pratiqué le sport avec un régime alimentaire adapté. Je mange beaucoup de protéines et de sucres lents pendant mes périodes sportives. L’énergie est importante et la nutrition est pour 60% de nos performances. Mes coachs m’ont toujours dit « Tu peux avoir la voiture la plus performante de toutes, si tu ne mets pas d’essence dedans elle n’avancera pas! »

Bon je me rends compte que ma performance physique n’est pas aussi bonne, je me sens fatiguée plus vite. Après tu me diras ça ne fait que 4 jours, il faut que mon corps s’habitue aussi. A voir sur le long terme, avec une consommation différente de protéines animales.

DAY 5 : « tu pousses le bouchon… »

… rythme de croisière, je gère grave !! Je sais maintenant exactement ce que je peux manger. Je vais même plus loin et me renseigne grâce aux milliers des ouvrages qui existent sur le sujet. .. je ne me reconnais plus… je pense que c’est l’absence de viande qui me fait vriller.

Large choix de bouquins veggies chez Sauramps

DAY 6 : les végétariens mangent aussi de la merde, aurait pu dire Jean Pierre Coffe

Même Mac Do se met à faire du Veggie… Bin on teste !
En effet comme le dise Catherine & Liliane, la mal bouffe existe aussi chez les végétariens… Le Grand Veggie est tout simplement plus gras, plus sucré et plus salé que le célèbre Big Mac. Il contient même 50% de calories en plus (750 kcal contre 530 pour le Big Mac).

Pour remplacer le traditionnel steak haché, une galette panée composée de carottes, salsifis, céréales et emmental.

  • La sauce : La sauce « pesto rosso »
  • Le pain : avec des graines de courge, pavot et sésame sur le pain à burger. Bonne idée !
  • Digestion. Pas plus facile, c’est lourd et bourratif comme un bon Mac Do… peut-être qu’avec plus de fibres je ferrai mieux caca…

Ce n’est pas parce que tu es végétarien que tu manges forcément mieux et que tu vas maigrir… Être végétarien ce n’est pas être au régime, c’est manger différemment et avoir une philosophie différente.

DAY 7 : le retour à la viande !

Écoutez les veggies et les vegans, arrêtez de nous faire culpabiliser de manger de la viande. Certes nous en mangeons 5 fois plus qu’il y a 50 ans et que cela n’est pas bon pour la planète… mais la protéines animales est nécessaire à l’homme depuis la nuit des temps.

Je suis bien d’accord qu’il faut limiter sa consommation et lutter contre l’abattage de masse des animaux mais je n’arrêterai pas la viande complètement. J’ai choisi d’en manger moins… mais mieux.

Et là le retour à la viande mais quel bonheur !! J’ai l’impression d’avoir été prisonnière pour l’émission Koh Lanta… où l’on nous refuse toute nourriture mis à part les racines et le riz.

L'entrecôte de chez Trinque Fougasse

L’entrecôte de chez Trinque Fougasse

Quelques chiffres … qui font peur!

« Carnage et suicide collectif « 

  • pour produire 1kg de viande il faut 7,5 kg de céréales
  • pour produire 1 steak il faut 4 500 litres d’eau
  • on consomme 5 fois plus de viande qu’il y a 50 ans
  •  l’élevage bovin est responsable à 80% de la disparition de la forêt amazonienne (poumon du monde)
  • on consomme 320 000 tonnes de viande bovine / an dans le monde
  • 3 millions d’animaux sont abattus dans les abattoirs / jour
  • en 2012, en France, 42 000 personnes ont shoppé un cancer colo-rectal à cause de la viande rouge

 

 

CONCLUSION : « Alors? Tu vas devenir végétarienne? »

Euuuuuhhh non! Je suis consciente qu’il faut que nos habitudes de consommation changent pour notre planète mais aussi pour notre santé. Il est certain par contre que je vais changer ma façon de manger de la viande. Je me rappelle que ma maman me disait quand j’étais petite : « la viande c’est une fois par jour et de préférence le midi. » J’ai perdu cette habitude mais je pense que pour améliorer mon sommeil et augmenter mon espérance de vie : je vais limiter la viande et favoriser la qualité avec de « vrais » morceaux de viande en surveillant sa provenance. On peut être carnivore et respectueux de l’animal que l’on mange.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer