849 Views |  Like

GRIZETTE // CAROLINE… SE DÉCONNECTE

Numéro #04 en kiosque // Septembre-Octobre 2015 //

Grizette (2)

1 SEMAINE FERME !

J’ai décroché ! Voilà qu’on me supprime : mes ordinateurs, tablette, téléphone portable et mon dealer de connexion : le WIFI! « Non! C’est la seule raison qui m’empêche de faire l’émission Koh Lanta! La bouffe, le luxe, vous pouvez tout me prendre, mais pas mes liaisons avec le monde ! »

Et si, comme beaucoup le dise, la vraie vie ne se trouvait pas sur un écran (bla bla bla). Le véritable mal du siècle serait la dépendance compulsive à internet. « Oui je suis une droguée! Rendez-moi mes bébés! » J’arrête de taper des pieds, je recommence à respirer et je me raisonne. « Aller ça ne doit pas être si compliqué. J’ai mangé des scorpions, sauté en parachute, assisté au concert de Jenifer… Je devrai pouvoir m’en sortir. Quelle est ma peine? »

–  » 2 semaines? » me propose Laurent à la rédac.

 » Non mais WwOoH! Plutôt mourir tout de suite! » J’arrive à négocier. Une semaine pour me libérer de l’emprise que la technologie a sur moi : #ChallengeAccepted

 

ÊTRE CONNECTE NUIT GRAVEMENT A LA SANTÉ

iPhone et moi, nous avons une belle relation fusionnelle. Il dort sous mon oreiller et me réveille tous les matins avec une douce mélodie de Nina Simone. Je le caresse dès 7h du mat’ pour l’allumer avec ma timeline Facebook. Et notre journée commence. Je suis les infos via des tweets en trônant sur les toilettes. J’instagrame mon petit déj’. Dans la voiture, je chante, j’insulte, mais surtout je check compulsivement mes mails, sms et notifications toutes les 2 minutes. Refresh! Refresh!

 

L’envers du décor

On revient sur mon début de matinée en photo sur Insta. “WaOOuuh, trop organisée la meuf!”. J’ai le temps de m’occuper de ma fille, de faire des câlins à mon chat et mon chien #SoSweet, de me préparer et de faire un petit déj’ digne d’un 5* en seulement 1h avant de partir au boulot. Mais le back-office est bien différent : la frange en l’air, des griffures sur tout le bras, l’évier qui déborde, ma fille déguisée car elle a choisi seule ses fringues, et arrivée au boulot je me rends compte que ma robe est à l’envers. #Damned

Grizette (4)VERY BAD TRIP

Bien consciente de mon addiction, c’est aujourd’hui que débute ma désintox. J’éteins le lien virtuel qui existe avec mon entourage. Le calvaire peut commencer.

Jour 1 : Vendredi – La descente d’une junkie

Ah oui, du coup j’ai aussi perdu mon réveil, Nina Simone n’a pas chantée ce matin et me voilà à la bourre. Impossible de prévenir mon boss car son numéro est dans mon téléphone. Dommage!

Telle France Gall, je RÉSISTE ! Arrivée au taff, je retrouve ma copine Mathilde. Je lui saute dans les bras pour lui raconter la misère qui m’arrive. “Non mais tu ne te rends pas compte, c’est juste de l’exhibitionniste narcissique et extrêmement chronophage.” Là, elle m’énerve.

Elle me sert un café et me propose des petits cupcakes trop mignons. Je recherche frénétiquement mon téléphone pour partager la chance que j’ai d’avoir un si joli #InstaFood #InstaGood avec ma #Friend. Mais même dans mon lieu privilégié, mon soutif, je ne le trouve pas. Il me manque. Je suis dépendante! Et Mathilde me dit “Tu me fais flipper!”

Ça ne sonne pas. Ça ne bipe pas. Je ne vibre plus. Personne ne m’aime! Ne plus entendre ces petites sonneries qui agrémentent ma journée c’est l’enfer. J’ai l’impression de ne plus avoir d’activité, j’ai perdu mes petits feux d’artifices virtuels.

Jour 2 : Samedi – Délit de personnal branding

Je dors jusqu’à 11h car aucun petit son n’a altéré mon sommeil. Je jardine. Je me fais les ongles. Je vois mes amis, ma famille, apéro et resto. Tout ce que je fais habituellement, mais sans cette exhibition de moments heureux ou honteux et de #DuckFace à gogo sur ma bulle virtuelle.

Accusés levez-vous! Réseaux sociaux, vous êtes accusés :

  • de ne montrer qu’une vie idéalisée,
  • de rechercher la quête de reconnaissance.

Oui sûrement, mais en même temps lorsque je vais sur les réseaux, je n’ai pas envie de voir la vie de mon voisin suicidaire, d’un appart en bordel ou de l’assiette anorexique de ma copine récidiviste des régimes. Donnez-moi du rêve ! Encouragez le positivisme et le beau !

Jour 3 : Dimanche – Je suis faible, je rechute… Ne me jugez pas!

Je prends mon panier, je file au marché. J’entends toutes les notifications qui résonnent dans les poches des autres badauds. “Tiens ça c’est un tweet. Ah ça une notification Facebook. Oh j’ai la même sonnerie…”

Rentrée à la maison, ma fille me nargue. Elle me regarde avec son iPhone et ses bips incessants. Je suis sûre qu’elle le fait exprès! A moins que ce soit moi qui lui fasse peur,  prête à lui sauter dessus juste pour ressentir la luminosité d’un écran et le caresser. C’est ici que j’ai décidé de mettre fin à ma descente, car quand tu commences à activer ton mode #Psychopathe c’est que tu vas mal. Pouce (pas) en l’air! J’ai besoin de ma dose! J’ai rechuté à l’heure du dîner, j’ai posté mes pâtes carbo et les notifications ont recommencé à pleuvoir.

 CONCLUSION : le virtuel c’est AUSSI ma came!

Évidemment, je n’avais prévenu personne avant de m’enfouir dans la zone non-connectée, et après seulement 3 jours : 113 mails, 68 notifications Facebook (mais aucun “J’aime”), plus aucune activité sur Instagram. Bordel ! Je n’existe plus dans le monde du Hashtag. Mais c’est tellement bon de le sentir entre mes doigts, je le sniffe avec bonheur. Là #JeSuisFolle !

En plus de me donner mes nombreux shoots journaliers aux réseaux sociaux, mon téléphone et ma tablette sont mon réveil, mon répertoire, mon appareil photo, mon lecteur MP3, mon GPS… J’ai ressenti le manque et la frustration. J’étais perdue sans eux. J’apprends que je suis victime de nomophobie. J’ai la peur panique de me retrouver sans téléphone portable.

On est drogué aux nouvelles technologies, et alors ? Moi j’aime me défoncer aux contacts qu’ils soient physique ou virtuel. Je suis une fille qui multiplie les interactions et je l’assume. Aujourd’hui, je dis longue vie à tous les moyens de communication ! J’en ai même fait mon métier, community manager.

——————————————————————-

Like-moi ! Tag-moi ! Suis-moi ! Fais-moi vibrer !
> Facebook : Caroline Quilis // Pintade à Montpellier
> Instagram : ckarolyne
> Twitter : @caroline_quilis

——————————————————————-

La journée mondiale sans téléphone existe depuis 2001 et sévit le 6 février.

Grizette (1) Grizette (3)

illustrations : Dafne Saporito


 

GRIZETTE // LE 1er féminin MADE IN MONTPELLIER en kiosque

Depuis Jeudi 26 février 2015, aux côtés de mon BIBA, de mon AS YOU LIKE et de mon COSMO… il y a MON GRIZETTE !
Le 1er magazine féminin de la région en kiosque!

>> lire l’article


… et déjà le GRIZETTE #05 en Kiosque ! :

CAROLINE… FAIT DU CARDIO TRAMPO !

grizette

Toutes les actus et de fabuleuses découvertes de notre belle région sur le site GRIZETTE !