2418 Views |  Like

Génération créative, 50 portraits de Montpellier // La Gazette du 15.12.2016

gazette-montpellier-1

Des montpelliérains qui participent au développement de notre ville

> « Bonjour, je souhaiterai faire un article sur toi en tant que personnalité de Montpellier.  »
> « Euh vous devez vous tromper de numéro… « 

Je t’avoue que je me suis d’abord dit, ils doivent manquer de personnes intéressées… après il y a le moment de gêne où tu ne te sens pas du tout à ta place face à de « vrais constructeurs de notre avenir ou de nos droits » comme Barbara Pastre en page 47.
Finalement, je me prends au jeu et je réponds à l’interview de ce hors série en tant que fille de la « génération créative » de Montpellier. Merci de cet honneur !

Dans cet article, présentation de mon parcours et de mon engagement dans mes projets au sein de ma ville. Pas peu fière, c’est maman qui va être contente !

Hors-Série de La Gazette de Montpellier  n°1487 – du jeudi 15 au mercredi 21 décembre 2016


L’ARTICLE

Caroline Quilis est l’une des premières blogueuses de Montpellier, et une ancienne Death Pouffes. Explications…

En 2009, lorsque Caroline Quilis lance son blog « Une Pintade à Montpellier », le blogging n’est pas encore en vogue. « Il n’existait que deux ou trois sites sur la ville, et ça s’apparentait plutôt à des journaux intimes », explique la jeune femme de 36 ans. Son blog à elle parle des hommes et des femmes. De leurs habitudes. De leur caractère. Le tout avec un art du décalage qui la définit à la perfection.

Étudiante à la faculté des sports de Montpellier, en option Natation, elle préfère abandonner, fatiguée « par les trop nombreuses soirées passées à faire la fête ». Elle s’oriente vers un BTS en communication des entreprises, à la sortie duquel elle sera directement embauchée. Mais la société connaît quelques problèmes, et Caroline se retrouve sans emploi. La battante décide alors de suivre une formation de concepteur et administrateur de sites internet.

En 2010, elle entre à l’Université de Montpellier, pour « aider à réaliser un audit », à l’issue duquel la faculté la recrute pour s’occuper de la fusion des universités. Pas une mince affaire. Mais Caroline a de l’énergie à revendre.

Pour preuve, en 2011, elle participe à l’aventure des Death Pouffes, l’équipe de Roller Derby de Montpellier. Un sport de contact, qui se pratique en patins à roulettes autour d’une piste ovale, et où le but est de projeter l’adversaire hors des des limites du terrain en lui infligeant quelques coups d’épaule bien sentis. L’aventure durera trois ans. « Ça a été un un déchirement, car toutes les filles ont beaucoup comptés pour moi et parce que c’était une discipline émergeante pour laquelle il fallait se battre pour qu’on la reconnaisse. Mais j’ai dû arrêter car je n’avais plus de temps et plus de genoux. »

Il faut dire que depuis trois ans, son activité de « pintade » lui prend la majeure partie de son temps libre. « Tous les jours je reçois des paquets provenant de marques pour tester leurs nouveaux produits, ou des invitations dans les restaurants pour goûter à leurs nouveaux mets. »
Sans compter ses chroniques régulières dans des médias locaux.

En outre, la dynamique community manager vient de créer son agence Com’Pote. Comme ses genoux.

 

gazette-montpellier

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer