1 jour, 1 recette… mes recettes préférées

Pendant ce confinement, comme les restaurants sont fermés, on ne va pas s’arrêter de parler FOOD, mais on va parler BOUFFE à la maison. C’est donc le moment de cuisiner en famille ou en solo… chacun ses habitudes. Moi j’ai baigné dans la cuisine de mes grands-mères et celle de ma mère, autant te dire que pour moi la cuisine c’est bien plus que de la tambouille. C’est le passage du flambeau de certaines recettes, c’est l’apprentissage des goûts… mais c’est aussi ici que la plus part des conversations avaient lieu sur tous les sujets. Un lieu haut en couleurs, en odeurs et en paroles. J’y ai créé mes plus beaux souvenirs. Les odeurs sont mes exhausteurs de souvenirs. La nourriture a ce pouvoir puissant de réminiscence . C’est eux qui me remettent encore et toujours en mémoire les personnes que j’aime le plus au monde.

Aussi j’ai décidé de te partager Mes recettes préférées. Régressives, nostalgiques ou emblématiques ce sont toutes des recettes que je chérie. L’occasion pendant ce confinement de partager avec toi mes petites madeleines de Proust et mes plaisirs cachés… qui datent de mon enfance ou parfois de moins loin.

Ce sont toutes des recettes très simples et que tout le monde peut refaire avec des ingrédients de base.
Même les petits pourront facilement mettre la main à la pâte… ou même les plus nuls en cuisine pourront s’approprier très aisément 😉

JOUR 56 : 11 mai, jour de déconfinement ! Les recette vont continuer mais s’espacer un peu… à suivre
JOUR 55 : >Beignets de la plage, aussi bons que Loulou<
JOUR 54 : >Pesto alla genovese ou pesto rosso ?<
JOUR 53 : >Encornets farcis comme à Sète<
JOUR 52 : >Brandade de morue, avec ou sans pomme-de-terre ?<
JOUR 51 : >Mango Sticky Rice, le meilleur dessert thaï<
JOUR 50 : >La Focaccia, la fougasse italienne gorgée de soleil<
JOUR 49 : >La Tielle, spécialité de la ville de Sète<
JOUR 48 : > La Caponata, un classique sicilien <
JOUR 47 : >Gardiane de taureau<
JOUR 46 : >Tian de légumes au chorizo<
JOUR 45 : >Mousse au chocolat, pour un moment tout doux<
JOUR 44 : >Bœuf Loc Lac, un classique viet avec une French Touch<
JOUR 43 : >Rouille de seiche à la sétoise et son aïoli<
JOUR 42 : >Flammekueche, plus difficile à dire qu’à dévorer !<
JOUR 41 :>Le Bibimbap au bœuf, plat traditionnel coréen<
JOUR 40 : >Tapenade, anchoïade, rillettes, les tartinables indispensables pour les apéros<
JOUR 39 : >Mon cœur fait boom pour le BoBun<
JOUR 38 : >La Pissaladière, la pizza niçoise<
JOUR 37 : >Tarte moelleuse au chocolat pour les nuls<
JOUR 36 : >Petit voyage en Grèce avec la Moussaka<
JOUR 35 : >Le Poulet croustillant de Carla<
JOUR 34 : >Say my NEM, Say my NEM ♬<
JOUR 33 : >Les Huîtres chaudes : Rockfeller, camembert, beurre d’ail, gratinées<
JOUR 32 : >Bánh Mì, saveurs viet à la baguette ! <
JOUR 31 : >Les cannelloni de la mama<
JOUR 30 : >Rouille provençale<
JOUR 29 :> Rouleaux de Printemps, 12 cm de bonheur<
JOUR 28 : >Bánh Bao, la petite brioche vapeur viet qu’on adore<
JOUR 27 : >Pad Thaï, le plat traditionnel imposé par le pouvoir<
JOUR 26 : > Falafels, boulettes magiques faciles<
JOUR 25 :>Sushi cake et sushis express au bac à glaçons<
JOUR 24 : >Chili sin carne, en 5 minutes et à moins de 1€ <
JOUR 23 : >La macaronade sétoise<
JOUR 22 : >Pas de crème dans la carbo, stupido!<
JOUR 21 :>Bataille de Zézettes à Sète<
JOUR 20 : >Le Tigre qui pleure de Fabrice Mignot<
JOUR 19 : >Départ pour la Thaïlande avec un Green Curry<
JOUR 18 : >Tout le monde aime les Cheese Naans ! <
JOUR 17 : >Dahl de lentilles corail, épinard et curry coco<
JOUR 16 : >« Arrête de faire de la Chakchouka ! » <
JOUR 15 : >Houmous, indice glycémique bas, sauveur de mes apéros <
JOUR 14 : >Gratin de blettes au parmesan et à la noix de muscade, pas bête!<
JOUR 13 : >Croquetas de jamón comme à Barcelone<
JOUR 12 : >Croquants aux amandes<
JOUR 11 : >SalmOrejO, un souvenir Olé Olé d’Andalousie<
JOUR 10 : >Risotto, mio amore<
JOUR 09 : >La Blanquette de Veau, mon plat doudou<
JOUR 08 : >Les Oreillettes de papi Jack<
JOUR 07 : >  La Piperade de tata du Boucau<
JOUR 06 : >Rougail Saucisse 974 des copines<
JOUR 05 : >Les Bricks aux restes de maman<
JOUR 04 : >Les Petits Farcis de mamie<

Note : Si tu as des recettes à me proposer, à me faire tester, n’hésites pas à me le mettre en commentaire.


La macaronade sétoise

Cette recette c’est comme l’épreuve du feu ! Surement la plus dangereuse depuis le début de la publication de mes recettes de confinement. J’entends déjà les copains sétois, Séb des 2 Marcels et Olivier du Café Social, « Une montpelliéraine qui fait de la macaronade, on aura tout vu! » Pour eux c’est comme si un parisien faisait une ratatouille. Mais je sais que je vais réussir ! Je peux finir noyer dans le canal, au Cadre Royal entre le pont de la Civette et le pont de la Savonnerie, si j’oublie un ingrédient ou si je fais preuve de « créativité » dans la recette. On ne rigole pas avec la macaronade! C’est LE PLAT de la ville de Sète. Pas une Saint Louis sans macaronade, pas un tournoi de joutes sans macaronade. Après la Zezette de Sète voilà que je te dévoile cette recette emblématique. Si tu penses encore que la macaronade est un plat de poissons, je t’invite à suivre ce qui suit… et surtout ne dit pas ça à un sétois !

Ce sont les italiens qui ont apporté le terme « macaronade » à Sète. Ils ont emmené avec eux la tradition culturelle de la pâte, et le mot « macaronade », qui fut l’embryon de la recette élaborée au fil du temps dans la communauté italo/sétoise. En Italie le mot « macaronade » est un terme générique pour désigner tout ce qui se prépare avec des macaronis. La macaronade telle que nous la connaissons a été codifiée au fil du temps et c’est à Sète qu’elle est devenue un véritable plat :  la macaronade « à la sétoise ». La macaronade est d’ailleurs le seul plat de viande connu dans la cuisine sétoise.

C’est la première fois que je fais ce plat et j’ai été très surprise. Je ne mangerai plus jamais une macaronade de la même façon. On ne va pas se mentir, quand tu vois une macaronde… c’est un plat moche ! C’est grossier, tu as l’impression que tout est mélangé et jeté dans une grosse cocotte et basta ! Mais que nenni !!! Il y a des paupiettes à faire, il faut faire revenir tous les ingrédients à part avant de les rassembler, ça doit mijoter, ça doit dorer… même si cela reste des techniques accessibles il y en a un paquet. Il faut être patient et minutieux tout l’inverse du visuel final. C’est un plat qui ne fait pas honneur au visuel du travail qu’il y a derrière… mais pour le goût, pouWWWaaAa !!! On est très loin d’un simple plat de pâtes à la tomate. Le vin rouge donne cette couleur au plat mais aussi parfume les viandes. C’est un plat qui a du tempérament comme les habitants de la ville dont il est emblématique.


La recette

4 personnes
Niveau intermédiaire et coût €€
30 min préparation / 3h de cuisson

➼ Les ingrédients

  • 4 tranches de paleron de bœuf (le paleron est la seule viande de bœuf qui résiste à une cuisson de 2 à 3 heures sans se déliter)
  • 600 gr de plat de côte de porc découpé en morceaux (croustillous)
  • 500 gr de saucisse
  • 3 oignons
  • 4 clous de girofle (1 clou/pers)
  • 150 gr de chair à saucisse
  • Ail, persil
  • 800 gr tomates pelées concassées (ou tomata : concentré de tomate)
  • 1 verre de vin rouge
  • 600gr de penne ou macaroni

➼ Les étapes de la recette

Confection de la brageole (paupiette ou alouette sans tête)

  1. Faire une persillade : mixer ail et persil
  2. Étaler un peu de chair à saucisse et la persillade sur les tranches de paleron
  3. Saler, poivrer, rouler en paupiette et fermer avec un cure dent
  4. Dans une casserole, faire revenir les brageoles et deux oignon émincés
  5. Lorsque le tout est bien doré, réserver à part

Création de la sauce

  1. Dans la même casserole, avec les oignons déjà dorés, mettre les tomates à réduire
  2. Lorsque la tomate a réduit au maximum, ajouter le vin rouge
  3. Laisser le tout épaissir

Le plat prend forme

  1. Remettre les brageoles
  2. Ajouter un oignon piqué avec un clou de girofle par personne
  3. Laisser mijoter 30min
  4. Faire revenir à la poêle les croustillous et les ajouter à la macaronade
  5. Laisser mijoter 2h
  6. 15min avant la fin de la cuisson ajouter la saucisse après l’avoir faite dorer à la poêle
  7. A la fin de la cuisson, la viande de la brageole doit se détacher et la sauce doit présenter une couleur rouge/marron.
  8. Cuire les pâtes à part et mélanger avec la sauce
  9. Confectionner un mélange de parmesan et de poivre que chacun mettra à volonté

Bon’ Ap !

Avoue, tu pensais que la macaronade sétoise était à base de poissons ?

 

Author

Blogueuse de Montpellier, Je teste pour toi ! HAPPY BLOG ♥ avec des vrais morceaux d'humain dedans

2 Comments

  1. La macaronade j’adore ça, qu’est-ce que c’est gourmand comme plat ! Très chouette cette recette bien détaillée..
    Et du coup, on met quoi comme poisson dedans ?

    • Aahaahahhah 😉 Vous avez bien de la chance que je ne sois pas sétoise 😀
      Merci pour votre gentil commentaire !
      A très vite et si vous faîtes la recette, dites moi ce que vous en avez pensé… ou sinon où avez vous l’habitude de la manger ?
      Bises
      Caro

Write A Comment

Oh oui ! Epingle moi !