1 jour, 1 recette… mes recettes préférées

Pendant ce confinement, comme les restaurants sont fermés, on ne va pas s’arrêter de parler FOOD, mais on va parler BOUFFE à la maison. C’est donc le moment de cuisiner en famille ou en solo… chacun ses habitudes. Moi j’ai baigné dans la cuisine de mes grands-mères et celle de ma mère, autant te dire que pour moi la cuisine c’est bien plus que de la tambouille. C’est le passage du flambeau de certaines recettes, c’est l’apprentissage des goûts… mais c’est aussi ici que la plus part des conversations avaient lieu sur tous les sujets. Un lieu haut en couleurs, en odeurs et en paroles. J’y ai créé mes plus beaux souvenirs. Les odeurs sont mes exhausteurs de souvenirs. La nourriture a ce pouvoir puissant de réminiscence . C’est eux qui me remettent encore et toujours en mémoire les personnes que j’aime le plus au monde.

Aussi j’ai décidé de te partager Mes recettes préférées. Régressives, nostalgiques ou emblématiques ce sont toutes des recettes que je chérie. L’occasion pendant ce confinement de partager avec toi mes petites madeleines de Proust et mes plaisirs cachés… qui datent de mon enfance ou parfois de moins loin.

Ce sont toutes des recettes très simples et que tout le monde peut refaire avec des ingrédients de base.
Même les petits pourront facilement mettre la main à la pâte… ou même les plus nuls en cuisine pourront s’approprier très aisément 😉

{ Note : Tu remarqueras que je n’ai pas fait toutes les recettes asiatiques que j’aime tant car je ne peux pas aller jusqu’aux commerces asiatiques pour récupérer des produits spécifiques que l’ont ne trouve que chez eux… mais promis dès le confinement terminé je remédie à ça ! }

JOUR 04 : > Les Petits Farcis de mamie <
JOUR 05 : > Les Bricks aux restes de maman <
JOUR 06 : > Rougail Saucisse 974 des copines <
JOUR 07 : >  La Piperade de tata du Boucau <
JOUR 08 : > Les Oreillettes de papi Jack <
JOUR 09 : > La Blanquette de Veau, mon plat doudou <
JOUR 10 : > Risotto, mio amore <
JOUR 11 : > SalmOrejO, un souvenir Olé Olé d’Andalousie <
JOUR 12 : > Croquants aux amandes <
JOUR 13 : > Croquetas de jamón comme à Barcelone <
JOUR 14 : > Gratin de blettes au parmesan et à la noix de muscade, pas bête! <
JOUR 15 : > Houmous, indice glycémique bas, sauveur de mes apéros <
JOUR 16 : > « Arrête de faire de la Chakchouka ! » <
JOUR 17 : > Dahl de lentilles corail, épinard et curry coco <
JOUR 18 : > Tout le monde aime les Cheese Naans ! <
JOUR 19 : > Départ pour la Thaïlande avec un Green Curry < 
JOUR 20 : > Le Tigre qui pleure de Fabrice Mignot <
JOUR 21 : > Bataille de Zézettes à Sète <
JOUR 22 : > Pas de crème dans la carbo, stupido! <
JOUR 23 : > La véritable macaronade sétoise <
JOUR 24 : > Chili sin carne, en 5 minutes et à moins de 1€ <
JOUR 25 : > Sushi cake et sushis  express au bac à glaçons <
JOUR 26 : > Falafels ForEver ! <

….. à suivre …


Oreillette – bugne -recette

Oreillettes de papi Jack, la petite histoire…

Tu vas dire, je commence toujours pareil, mais…
… quand j’étais petite, je me rappelle de mon papi (ancien boulanger à Montpellier) nous faire des petites gourmandises.
Il avait sa petite manie d’aller se planquer dans le cabanon aménagé en cuisine d’été dans le fond du jardin, je cite « Pour avoir la paix, sinon ta grand-mère à toujours quelque chose à dire ». Il voulait être le seul à nous faire ce petit cadeau gustatif. Je passais la tête à travers l’ouverture de la porte et je le voyais s’affairer, radio à fond avec les courses de chevaux, pipe à la bouche. J’avais bien compris que c’était aussi un bon moyen de « ne pas avoir de bonnes femmes dans les pattes ».

De cette petite cahute émanaient de sublimes odeurs, mais aussi le chant des poêles, les pccchiiitttts des fritures, les cuillères qui s’entrechoquent, le four qui claque… et mon papi qui sifflote. C’était son moment à lui. Mais je pense que le moment qu’il préférait c’était lorsqu’il posait le plat sur la table en disant « et voilà! » Ma grand-mère toujours un soupir ou les yeux vers le ciel, car elle cuisinait tous les jours pour ses 4 filles et son mari. Je pense qu’il y avait un peu de jalousie car à chaque recette de notre papi c’était ébahi et plein d’éloges que nous le remercions. Il était mon deuxième papa : juste, loyal et courageux. C’était et c’est toujours un exemple pour moi.

Les recettes dont je me souviens le plus ce sont : les croquants aux amandes, les bugnes (ou merveilles), les longués à l’anis et les oreillettes. Aujourd’hui je me tente aux oreillettes, une recette que je n’ai jamais essayé car comme tu le sais je ne suis pas très sucré… et le résultat de cette recette va te le prouver.

Oui j’ai totalement foiré la recette… et de fines oreillettes se sont transformées en bugnes (ou merveilles) joufflues. Mais maintenant je comprends mieux pourquoi parfois on avait des bugnes plutôt que des oreillettes 😉 Merci Papi Jack!


Bon comme je te l’ai dit, j’ai foiré ma recette car je n’ai pas la main pâtissière. J’aime cuisiner le salé car je trouve ça plus créatif… et meilleur #TeamSaléForEver J’aime faire au feeling, rajouter des choses, enlever, tester… dans la cuisine salée c’est bien plus simple car pour la pâtisserie il faut être méticuleux et suivre les instructions au gramme près. Ici la pâte était bonne mais j’ai foiré sur l’épaisseur avant de les faire frire dans l’huile. Donc si tu veux des bugnes fais les épaisse sinon soit très attentif à bien les aplatir… GOOD LUCK ! Mais quoiqu’il arrive c’est super bon quelque soit le résultat, tu peux pas te planter sur le goût.

La recette

4 personnes
Niveau « moyen » (moi j’ai foiré) et bon marché
20 min de prépa / 5 min de cuisson 

Les ingrédients

– 200g Farine
– 40g Beurre
– 2 œufs
–  50g sucre en poudre
– 1/2 sachet de levure chimique
– 2 CS d’eau de fleur d’oranger
–  30cl d’huile
– sucre glace

Les étapes de la recette

  1. Fais un puit avec la farine et la levure.
  2. Verse au centre le sucre en poudre, les œufs, la fleur d’oranger et le beurre fondu.
  3. Pétrie à la main pour obtenir une pâte homogène.
  4. Forme une boule avec la pâte et coupe-la en 4 grosses tranches.
  5. Étale finement chaque tranche au rouleau à pâtisserie sur un plan de travail fariné.
  6. Découpe-les en rectangles.
  7. Fais chauffer l’huile dans une grande poêle profonde et mette les morceaux de pâte à frire.
  8. Égoutte les oreillettes sur du papier absorbant.
  9. Dispose-les sur un plat, saupoudre de sucre glace.
  10. A manger encore tiède.

Bon’ap !

… et toi, tu as une recette que tu foires à chaque fois ?
Sinon, tu as réussi les oreillettes ou les bugnes?

Author

Blogueuse de Montpellier, Je teste pour toi ! HAPPY BLOG ♥ avec des vrais morceaux d'humain dedans

Write A Comment

Oh oui ! Epingle moi !